À propos d’EENet

EENet est un réseau d’échange de données probantes qui aide à créer et à partager des données probantes afin de bâtir un meilleur système de santé mentale et de traitement de la toxicomanie en Ontario. Regardez une vidéo sur le réseau ci-dessous.

Inscrit dans le Programme de soutien au système provincial (PSSP) au Centre de santé mentale et de toxicomanie (CAMH), le réseau regroupe des chercheurs, des cliniciens, des fournisseurs de service, des planificateurs du système, des responsables des politiques, des personnes ayant des expériences de vie pertinentes et leurs familles. 

 

Le réseau profite de l’appui d’une équipe de courtiers du savoir et de spécialistes des communications, répartis dans des bureaux régionaux à l’échelle de la province, notamment à Hamilton, London, Kingston, Ottawa, Penetanguishene, Sudbury, Thunder Bay et Toronto.

Un sondage mené dans l’ensemble de l’Ontario a classé EENet au septième rang en tant que source de données probantes utiles au sujet de la santé mentale et du traitement de la toxicomanie et au huitième rang pour ce qui est du taux d’utilisation de la source de données probantes.

Apprenez-en davantage sur notre histoire ici.

Mais qu’entend-on au juste par « données probantes »?

Nous considérons que de nombreuses formes de connaissances constituent des données probantes lorsqu’elles sont réunies. Ces formes englobent la recherche, l’expertise professionnelle, l’expérience vécue des gens et de leurs familles ainsi que le savoir culturel et traditionnel. Nous estimons également que l’utilisation de données probantes doit tenir compte du contexte local.

EENet répond aux besoins en données probantes du système de santé mentale et de traitement de la toxicomanie de l’Ontario grâce à la création d’analyses rapides, de synthèses des données probantes, de documents infographiques et d’autres ressources dans le but de mieux éclairer la prise de décisions. 

Le Réseau d’échange de données probantes (EENet) est un réseau d’échange de connaissances à l’échelle de la province. Nous mettons en contact des parties prenantes du système de santé mentale et de traitement de la toxicomanie et leur transmettons des données probantes pertinentes et réalisables pour leur permettre de prendre des décisions mieux éclairées. 

EENet arrive à ses fins grâce à une multitude de mécanismes, dont les communautés d’intérêt qui créent ensemble des données probantes et se les partagent et EENetConnect, un forum en ligne auquel participent plus de 5 000 parties prenantes. En outre, EENet appuie le partage de connaissances dans le cadre d’initiatives d’envergure comme Améliorer les systèmes grâce aux projets de services axés sur la collaboration.

Nous soutenons aussi des réseaux comme le Réseau ontarien d’intervention pour la psychose au stade précoce.

EENet organise son travail selon les quatre directions stratégiques décrites ci-après. Vous pouvez aussi obtenir ces directions stratégiques en version PDF.

1. EENet réunit des gens dans le but de générer, d’échanger et d’adopter des données probantes

Nous offrons notre expertise dans le cadre de nombreuses initiatives à l’échelle du système qui correspondent aux principales priorités provinciales, notamment l’initiative Améliorer les systèmes grâce aux projets de services axés sur la collaboration, Improving Substance Use Treatment in Ontario, le Réseau ontarien d’intervention pour la psychose au stade précoce (EPION) et le Comité de coordination des services sociaux et judiciaires de l’Ontario. Nos courtiers du savoir ont contribué à ces initiatives de bien des façons : 

  • ils ont aidé les parties prenantes à collaborer entre elles;
  • ils ont rassemblé les données probantes nécessaires; 
  • ils ont transformé les données probantes pour qu’elles soient faciles d’utilisation : documents infographiques, vidéos et sites Web;
  • ils ont communiqué le travail réalisé dans le cadre de ces initiatives grâce à des webinaires interactifs et à des blogues; et
  • ils ont aidé les parties prenantes à planifier et à tenir des événements favorisant l’échange de connaissances.

Nous appuyons par ailleurs neuf communautés d’intérêt (CI) qui ont droit à du soutien personnalisé pour l’échange des connaissances et profitent de l’expertise des courtiers du savoir d’EENet. Nos CI réunissent les gens pour qu’ils acquièrent et partagent de nouvelles connaissances qui les aideront à mieux comprendre un problème commun dans le secteur de la santé mentale et du traitement de la toxicomanie et à prendre des mesures en conséquence — particulièrement si le problème concerne les systèmes et les services. Parmi les principales priorités, nommons entre autres les jeunes en période de transition, les proches aidants, les populations racialisées, le logement et la justice.

2. EENet est un moteur de création de données probantes pertinentes et réalisables qui correspondent aux priorités

EEENet ne met pas simplement en contact les gens pour qu’ils échangent leurs connaissances; il permet aussi la création conjointe de connaissances. Par exemple, les courtiers du savoir d’EENet ont aidé des gens de divers secteurs à créer ensemble des interventions fondées sur des données probantes. Le réseau convoque aussi le comité consultatif qui, composé de personnes avec des expériences pertinentes et des membres de leur famille, fait le lien entre différentes initiatives et une importante composante des données probantes : les connaissances des gens avec des expériences pertinentes et les membres de leur famille.

EENet organise actuellement à l’échelle de la province une série de dialogues intitulée Partageons ensemble, dans le but d’établir en concertation le programme des priorités pour les données probantes relatives à la santé mentale et à la toxicomanie en Ontario. 

3. EENet facilite l’accès aux données probantes pour en accroître l’utilisation

EENet rend les données probantes plus accessibles de différentes façons — grâce à des sommaires de recherche, à des synthèses des données probantes, à des analyses rapides, à des documents infographiques, à des vidéos et plus encore. Nous produisons des analyses rapides qui comblent les besoins de données probantes des décideurs et nous favorisons l’utilisation des données probantes par ce site Web. Les parties prenantes peuvent le consulter pour obtenir des ressources faciles à lire. Notre communauté en ligne, www.eenetconnect.ca, permet aux parties prenantes de communiquer entre elles et de partager leur savoir.

Nous organisons par ailleurs des webinaires interactifs, dont un grand nombre avec des chercheurs, des fournisseurs de service et des organisations qui ont des connaissances utiles à partager. Certains de ces webinaires ont été tenus en collaboration avec les International Innovations in Mental Health Series, le Centre d’excellence en santé mentale des enfants et des adolescents de l’Ontario et le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies. Nous nous concentrons sur divers secteurs, y compris la promotion de la santé mentale, la prévention de la toxicomanie et les questions reliées aux abus d’opioïdes. 

4. EENet partage notre savoir-faire collectif pour améliorer notre compréhension de l’échange des connaissances

La diffusion de nos apprentissages et leur application à grande échelle constituent des éléments cruciaux de notre travail, car ainsi les décideurs sont en mesure d’utiliser les données probantes sur les problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Nous organisons des événements favorisant l’échange de connaissances afin de communiquer ce que nous avons appris sur la façon d’améliorer le mode d’accès des enfants, des jeunes et des familles aux services et la transition entre les services de santé et les autres services sociaux.

EENet offre aussi des ateliers, comme ceux que nous avons dirigés à la Conférence sur l’application des connaissances de l’Institut de recherche Waypoint, qui nous ont valu des éloges de la part des participants. EENet est toujours déterminé à nous faire mieux comprendre l’échange des connaissances et à mettre en commun nos acquis. 

Prenez connaissance de notre Plan stratégique ici.

Historique

Le Réseau d’échange de données probantes (EENet) a vu le jour en 2004 sous le nom de Réseau d’échange des connaissances sur la santé mentale et la toxicomanie de l’Ontario (OMHAKEN). Ce sont Dre Paula Goering et Dale Butterill qui ont eu l’idée du réseau; ils voulaient établir une structure durable pour aider différentes personnes du système de santé mentale et de traitement de la toxicomanie de l’Ontario à travailler de concert et à partager leurs connaissances. Goering, Butterill et d’autres champions de la première heure ne voulaient toutefois pas créer de toutes pièces un autre réseau. Ils ont donc opté pour une approche de « réseau de réseaux » : en se branchant à d’autres réseaux et organisations, ils pouvaient améliorer les relations existantes et bâtir à partir de celles-ci. 

Initialement compris dans l’Unité de recherche et de consultation sur les systèmes de santé au Centre de santé mentale et de toxicomanie (CAMH), OMHAKEN a d’abord appuyé l’échange de connaissances dans le cadre de la Systems Enhancement Evaluation Initiative (SEEI). Cette importante initiative provinciale englobait de multiples sites et visait à évaluer les effets des investissements dans le système communautaire de santé mentale de la province. Lorsque l’initiative SEEI a pris fin en 2009, le réseau a entrepris une autre initiative, Creating Together : Co-Creating a Mental Health and Addictions Research Agenda for Ontario, qui a donné lieu au programme des priorités en matière de recherche pour la province.

Au printemps 2011, sous la gouverne d’Heather Bullock, l’OMHAKEN, acronyme difficile à prononcer, devient l’EENet et s’inscrit dès lors dans le Programme de soutien au système provincial (PSSP) de CAMH. Le PSSP s’emploie à transformer les données probantes en mesures dans le but d’améliorer les systèmes en Ontario et, du fait de sa portée provinciale et de l’importance qu’il accorde aux systèmes, le PSSP convenait parfaitement à l’EENet. Les courtiers du savoir situés dans les bureaux régionaux du PSSP se sont joints à l’équipe d’EENet et ont accru la portée du réseau. 

Dans le cadre de cette nouvelle phase, EENet a appuyé dix projets visant l’amélioration du traitement de la toxicomanie dans la province. Au même moment, les courtiers régionaux du savoir d’EENet ont mis leur expertise à profit dans le cadre d’Améliorer les systèmes grâce aux projets de services axés sur la collaboration (ASPSAC), une autre initiative ayant un important défi à relever, soit améliorer la façon dont les enfants accèdent aux services et font la transition entre les services et les systèmes. Nos courtiers du savoir ont contribué à la transmission des données probantes aux points de décision clés durant l’initiative ASPSAC et ils ont partagé cette importante activité avec l’ensemble du système par divers canaux, dont EENet Connect, une communauté en ligne comptant des milliers de membres.

L’expertise d’EENet a été utile dans le cadre d’autres efforts d’envergure — du Réseau ontarien d’intervention pour la psychose au stade précoce au Comité de coordination des services sociaux et judiciaires. Apprenez-en davantage sur les différentes initiatives que soutient EENet.

EENet s’engage à améliorer son réseau. Récemment, le centre de ressources en promotion de la santé et le pôle de ressources sur les opioïdes de CAMH se sont joints à EENet, augmentant du coup les champs d’expertise. Une nouvelle série de Communautés d’intérêt a aussi été lancée dans le but de regrouper diverses parties prenantes afin de s’attaquer à des problèmes particuliers. Par ailleurs, à l’aide des analyses rapides, des documents infographiques et des autres outils, nos courtiers du savoir continuent à satisfaire les besoins en données probantes des décideurs et ils mettent en contact les parties prenantes de l’ensemble de la province et au-delà. 

Nos collaborateurs

NANDINI SAXENA, gestionnaire, Échange de connaissances
Nandini est gestionnaire, Échange de connaissances au PSSP à CAMH. Elle a œuvré dans les secteurs du développement international, de la participation des citoyens à l’élaboration de politiques publiques et du partage des connaissances pendant 15 ans. Elle dirige et appuie divers projets de grande ampleur. Elle a obtenu un baccalauréat ès arts en histoire et une maîtrise en travail social à l’Université de Toronto. Nandini a habité à différents endroits, entre autres à Toronto, à Victoria, en C.-B. (où elle a étudié la photographie pendant un an), à Ottawa, à New Delhi, puis dans une petite ville de l’Angleterre, mais elle a élu domicile à Toronto. Elle adore découvrir les espaces verts de la ville à vélo et elle est une adepte de yoga.
nandini [dot] saxena [at] camh [dot] ca

ALEXANDRA HARRISON, responsable régionale, Échange des connaissances 
Alexandra est responsable, Échange des connaissances dans la région Nord-Est du PSSP et elle travaille au bureau de Penetanguishene. Elle a fait, à l’Université de Waterloo, une maîtrise en arts (sociologie) avec une concentration en promotion de la santé adaptée aux particularités culturelles ainsi qu’un baccalauréat en sciences (biochimie). Elle étudie actuellement en vue de décrocher un certificat en gestion de projets. Elle veut travailler avec différentes collectivités pour cerner les occasions d’utiliser les données probantes afin d’assurer des impacts positifs à long terme. Elle profite de son temps libre pour s’amuser avec ses deux fils et elle adore profiter des beautés de la baie Georgienne.
alexandra [dot] harrison [at] camh [dot] ca

ANDRA RAGUSILA, courtière du savoir
Andra est courtière du savoir pour le pôle de ressources sur les opioïdes au sein de l’équipe d’Échange des connaissances du PSSP. Andra est fortement déterminée à améliorer la vie des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie et à réduire la stigmatisation à laquelle elles sont confrontées au quotidien. Elle est titulaire d’une maîtrise en recherche sur les systèmes de santé de l’Université de Toronto. Dans ses temps libres, elle aime les activités de plein air, le voyage, le dessin et la peinture.
Andra [dot] Ragusila [at] camh [dot] ca

ANGELA YIP, courtier du savoir 
Angela travaille au centre de gestion et de ressources d’EENet à Toronto. Elle est courtier du savoir et a une formation en neuroscience. Elle a œuvré pendant plusieurs années en recherche sur les services et les systèmes de santé et elle se concentre actuellement sur la transformation des données probantes en pratiques et en politiques. Angela est une mordue de planche à neige; elle est donc l’une des rares membres de l’équipe à se réjouir de l’arrivée de l’hiver. Une fois la neige fondue, elle adore jouer au golf et rêve d’endroits exotiques où déguster une cuisine éclectique. (Angela est à gauche sur la photo.)
angela [dot] yip [at] camh [dot] ca

BARBARA WARD, membre du comité de direction
Ayant plus de 25 ans d’expérience en santé mentale chez les enfants, Barbara est une autorité en la matière. Elle est actuellement responsable de la santé mentale à commission scolaire du district de la région de Waterloo. Elle avait précédemment joué un rôle de direction clinique dans des services à haute intensité, y compris pour des programmes scolaires, résidentiels, cliniques, de répit et d’indemnités. En qualité de thérapeute pour enfants et familles, Barbara a dirigé des familles et des équipes de soins dans le but de créer et de rendre fonctionnelles des interventions de traitement efficaces visant la résilience et le bien-être des clients ainsi que la guérison post-traumatique. Elle a récemment terminé son doctorat en psychologie au Taos Institute et à la Vrije Universiteit Brussel, en Belgique. Elle a fait une maîtrise en travail social à l’Université Wilfrid-Laurier, a obtenu son baccalauréat ès arts spécialisé en psychologie de l’Université de Waterloo et est membre de l’Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l’Ontario. Elle a suivi une formation spécialisée en hypnothérapie centrée sur le cœur (au Wellness Institute, de Seattle) et en thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme (TF CBT) et elle est une formatrice safeTALK chevronnée (prévention du suicide).
barbara_ward [at] wrdsb [dot] on [dot] ca 

BETTY-LOU KRISTY, membre du comité de direction
Betty-Lou est responsable des systèmes de soutien des utilisateurs de drogues par les pairs et responsable des consommateurs et survivants dans le cadre de l’initiative d’amélioration et de maintien du soutien par les pairs de la région de Mississauga Halton dirigée par Support & Housing-Halton/TEACH. Ayant elle-même vécu des traumatismes et des problèmes de toxicomanie et de santé mentale, mais s’étant reprise en main depuis 18 ans, elle a dû faire face au décès de son fils de 25 ans qui, ayant des troubles concomitants, est mort des suites d’une surdose accidentelle de médicaments psychiatriques et d’OxyContin. Depuis, Betty-Lou, en tant que personne ayant une expérience de vie pertinente, a pris la défense des intérêts des familles, a prononcé des conférences et a joué le rôle d’éducatrice axée sur les niveaux du système. Elle a reçu le Prix ACE 2012/13 du ministère de la Santé et des Soins de longue durée en relations de partenariat pour son travail dans le groupe consultatif d’experts sur la dépendance aux stupéfiants. Elle a également reçu le prix Transforming Lives 2009 du Centre de santé mentale et de toxicomanie.
betty_pdb [at] msn [dot] com

CRISTINA BEDWARD, responsable régionale, Échange des connaissances
Cristina, qui est trilingue (français, anglais et espagnol), est responsable, Échange des connaissances à notre bureau d’Ottawa. Une fois son diplôme de premier cycle en sciences biomédicales terminé à l’Université d’Ottawa, elle a fait sa maîtrise en santé publique à l’Université de Waterloo et a alors entrepris un projet d’application des connaissances avec la Commission de la santé mentale du Canada. Elle a travaillé dans le secteur de la santé pendant près de dix ans dans divers milieux et paliers de gouvernement. Encore dernièrement, elle était analyste des politiques pour les services de santé publique de l’Ontario. Pendant ses temps libres, elle adore cuisiner et s’adonner à la lecture, bien calée dans un fauteuil.
cristina [dot] bedward [at] camh [dot] ca

DEANNA HUGGETT, responsable régionale, Échange des connaissances
Deanna est responsable, Échange des connaissances à notre bureau de London. Physiothérapeute de formation, elle a pratiqué à titre de clinicienne pendant de nombreuses années avant de gérer une équipe d’intervenants en réadaptation. Soucieuse d’avoir une perspective à l’échelle des systèmes, Deanna a collaboré à une équipe sur les politiques de Santé Canada qui mettait l’accent sur la santé neurologique, le vieillissement des aînés et les soins communautaires. Après avoir quitté Ottawa pour s’installer à London, Deanna a fourni du soutien en échange des connaissances et en stratégie à une coalition nationale d’organisations sans but lucratif cherchant à améliorer la qualité de vie des personnes ayant des maladies du cerveau. Deanna se plait à combiner sa vaste expérience et ses passions professionnelles au profit de l’intégration des systèmes et de la collaboration. Lorsqu’elle et son conjoint ne sont pas aux trousses de leurs deux fils débordant d’énergie, Deanna s’évade pour faire de la course à pied et elle prévoit participer de nouveau à des épreuves de triathlon Ironman (d’ici quelques années)!
deanna [dot] huggett [at] camh [dot] ca

EMMA FIRSTEN-KAUFMAN, courtier du savoir
Emma a fait sa maîtrise en santé publique à l’Université de Toronto où elle a aussi obtenu un certificat en gestion de projets. Elle est également titulaire d’un baccalauréat ès arts en développement international de l’Université McGill. Elle a de l’expérience en promotion de la santé et en santé mondiale et a contribué à divers projets de recherche et programmes d’échange de connaissances à Toronto et à l’échelle internationale. Emma est déterminée à améliorer l’équité en matière de santé et à faciliter l’accès aux ressources et aux services de santé pour les femmes, les enfants et les membres de populations marginalisées ou ne recevant pas de services adéquats. Elle consacre ses loisirs à l’apprentissage de l’espagnol, aux dessins de type griffonnages et à la danse. 
emma [dot] firsten-kaufman [at] camh [dot] ca

JAI MILLS, membre du comité de direction
Jai, cochef, Santé mentale et traitement de la toxicomanie du RLISS, Centre-Est, agit aussi à titre de conseillère en intégration et de responsable de la Stratégie autochtone. Depuis 1977, elle travaille au sein du système de santé mentale et y a occupé des postes tant à l’hôpital que dans la collectivité. Dans son rôle actuel, Jai peut mettre ses compétences cliniques et administratives au service des systèmes et elle a eu l’occasion de collaborer à plusieurs projets visant à améliorer les services en santé mentale et en traitement de la toxicomanie. Elle appuie fermement un système de soins de santé qui prend en compte le point de vue du client et elle estime que le savoir est le fondement d’une telle philosophie. Jai habite à Oshawa avec son partenaire, deux de ses quatre filles (les cadettes), leurs quatre chats, son labrador et de nombreux écureuils. Beau temps, mauvais temps, Jai pratique la course et elle adore lire sur la Réforme.
jai [dot] mills [at] lhins [dot] on [dot] ca

JASON GURIEL, superviseur, EENet 
Jason, superviseur, EENet, travaille au centre de gestion et de ressources du Réseau d’échange de données probantes, à Toronto. Son expérience professionnelle en partage des connaissances, en diffusion de la recherche et en littérature anglaise lui est fort utile dans son rôle. Après avoir obtenu son diplôme, il a collaboré à la conception d’un format pour les aperçus de recherche et plusieurs institutions ont adopté celui-ci. Durant ses temps libres, Jason, qui est féru de grammaire, rédige des articles pour différents magazines.
jason [dot] guriel [at] camh [dot] ca

JESSICA ELGIE, responsable régionale, Échange des connaissances
Jessica est responsable, Échange des connaissances à Kingston. Elle a évolué dans divers secteurs, notamment la santé publique, les établissements postsecondaires, les organismes sans but lucratif et les hôpitaux, et elle a aussi travaillé à titre de conseillère indépendante. Dans son travail, elle met l’accent sur la promotion de la santé et elle s’appuie sur son expérience en formation et en éducation, en recherche et en évaluation, en élaboration de programmes et de ressources ainsi qu’en gestion de projets. Elle a récemment terminé, à l’Université Athabasca, sa maîtrise en éducation aux adultes et en développement communautaire axée sur la collaboration interprofessionnelle et l’enseignement par les pairs. Elle consacre son temps libre à son tout-petit qui est des plus actifs, tout en tentant de se garder des moments pour cuisiner, voyager et assister à des festivals de musique.  
jessica [dot] elgie [at] camh [dot] ca

JEWEL BAILEY, courtier du savoir
Jewel est courtier du savoir au bureau de Toronto, et elle s’occupe principalement de favoriser l’utilisation des données probantes pour appuyer la promotion de la santé mentale et la prévention de la toxicomanie. Elle a fait, à la Dalla Lana School of Public Health, une maîtrise en santé publique, spécialisée en promotion de la santé et elle travaille depuis plus de 15 ans avec des organisations internationales, provinciales et communautaires à des enjeux de santé de la population. Ses rôles ont porté sur la recherche, le monitorage et l’évaluation, l’analyse des politiques organisationnelles, la planification et la mise en œuvre d’interventions de promotion de la santé en matière d’anti-tabagisme, d’obésité infantile ainsi que d’habitudes alimentaires saines et de mode de vie actif. Avant de se joindre à EENet, elle travaillait au Bureau de la santé internationale (BSI) de CAMH à une intervention destinée à réduire la stigmatisation et la discrimination des fournisseurs de soins de santé primaires à l’endroit des clients aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Jewel aime libérer sa fougue dans des cours de Body Combat et elle est une adepte du cardiovélo. 
jewel [dot] bailey [at] camh [dot] ca

KATE STECHYSHYN, courtier du savoir
Kate a fait une maîtrise en santé publique à l’Université de Guelph après avoir obtenu son baccalauréat ès sciences en sciences biomédicales de l’Université d’Ottawa. Dans le cadre de sa maîtrise, elle a travaillé en Tanzanie à un projet sur les maladies transmises par les moustiques. Elle a œuvré dans divers secteurs, dont le gouvernement, les organismes sans but lucratif et les universités. Les politiques fondées sur des données probantes et en matière de communication ont joué un rôle déterminant dans tous les postes qu’elle a occupés, et elle s’emploie à mettre la recherche à la portée de tous. Kate adore le plein air et elle aime bien dénicher de nouveaux cafés sympathiques.  
kate [dot] stechyshyn [at] camh [dot] ca

MATT HOLLINGSHEAD, responsable régionale, Échange des connaissances 
Matt est responsable, Échange des connaissances dans la région du GT (bureau de Toronto). Travailleur social accrédité, il est titulaire d’un baccalauréat en travail social de l’Université Carleton d’Ottawa et d’une maîtrise en travail social de l’Université de Toronto. Matt nous fait profiter de son expérience en promotion de pratiques fondées sur des données probantes et en échange de connaissances dans le secteur du bien-être de l’enfance à l’échelle du Canada. Il veut combler les lacunes qui existent dans les façons d’utiliser les connaissances formelles et informelles pour prendre des décisions qui ont un impact sur des personnes et des collectivités marginalisées. Grand cinéphile, il a particulièrement aimé les films Wayne’s World, Dumb and Dumber et National Treasure.
matthew [dot] hollingshead [at] camh [dot] ca

MICHAEL WEYMAN, responsable régional, Échange des connaissances 
Michael est responsable, Échange des connaissances à notre bureau de Hamilton. Il a été détaché auprès de nous par l’Institut ontarien du jeu problématique (IOJP) du CAMH, où il vient en aide aux toxicomanes à titre d’éducateur et de clinicien. Dans son travail, il est guidé par de solides valeurs en soins fondés sur des données probantes et des pratiques efficaces d’échange des connaissances. Avant son arrivée à l’IOJP, Michael était un clinicien en santé mentale au CAMH et avait mené une carrière en technologie de l’information. Il est titulaire d’un baccalauréat ès arts et sciences de l’Université McMaster et il a fait une maîtrise en travail social à l’Université Wilfrid-Laurier.
michael [dot] weyman [at] camh [dot] ca

PAULA ROBESON, membre du comité de direction
Paula est une infirmière autorisée et courtière du savoir d’expérience; elle a obtenu son baccalauréat en sciences infirmières de la Memorial University de Terre-Neuve et sa maîtrise en sciences infirmières de l’Université d’Ottawa. Elle est directrice adjointe, Mobilisation du savoir au Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies, qui a le mandat de fournir un leadership national, une analyse appuyée sur des données probantes et des conseils afin de mobiliser des efforts concertés dans le but de réduire les méfaits liés à la consommation d’alcool et de drogues. Paula compte plus de 20 ans d’expérience en santé publique, en promotion de la santé et en santé de la population. Paula a agi en précurseur dans son rôle de courtière du savoir en santé publique dans le cadre de son travail sur les données probantes en santé à l’Université McMaster. À titre d’infirmière clinicienne, elle a coordonné un programme de développement de l’enfant pour les nourrissons et les enfants ayant subi une exposition intra-utérine à l’alcool et aux drogues et pour leurs familles avec une clinique mobile dans le quartier centre-est de Vancouver. En tant que directrice, Développement de la petite enfance, à l’Institut canadien de la santé infantile, Paula a dirigé des initiatives en prévention et en promotion de la santé pour améliorer la santé et la résilience des enfants et des jeunes du Canada. 
probeson [at] ccsa [dot] ca

RAYMOND CHENG, membre du comité de direction
Raymond est analyste des politiques et facilitateur de l’échange des connaissances et il s’est joint à l’Initiative ontarienne de développement favorisant l’aide entre pairs (OPDI) après une année de perfectionnement à l’Université York en 2005. Pour mener à bien ses tâches, il peut compter sur sa vaste expérience. Il a en effet été directeur général d’une initiative pour utilisateurs-survivants de communautés ethnoraciales, a fait partie du Conseil de CAMH et de l’Institut psychiatrique Clarke pendant de nombreuses années et a obtenu un diplôme en littérature anglaise du Collège universitaire Glendon. Après deux décennies de réforme du domaine de la santé mentale, il manifeste toujours autant d’enthousiasme à l’idée de rencontrer des patients en consultation individuelle. Raymond est marié et il consacre beaucoup de temps à son beau-fils de dix ans; ils vont tous ensemble en famille voir les matchs des Raptors. 
raymond [at] opdi [dot] org

REBECCA PHILLIPS KONIGS, courtier du savoir
Rebecca est titulaire d’un baccalauréat ès arts en psychologie de l’Université Carleton et elle a fait une maîtrise en résolution de conflits à l’Université de Victoria. Ayant travaillé au ministère de la Santé de la C.-B. et de l’Alberta, elle connaît bien les politiques provinciales en matière de santé et est au courant de la mobilisation des parties prenantes. Pendant ses heures de loisir, Rebecca aime faire du bénévolat auprès des jeunes, passer du temps avec sa famille, réfléchir sur le sens de la vie et explorer le monde avec son partenaire Rodrigo. 
rebecca [dot] konigs [at] camh [dot] ca

ROSSANA CORIANDOLI, coordonnatrice des communications
Rossana, notre coordonnatrice des communications, travaille au centre de gestion et de ressources d’EENet à Toronto. Dans son rôle, elle met à profit son expérience de plus de 25 ans en tant que rédactrice dans le secteur médical et de la santé. Elle a étudié en journalisme et en littérature anglaise. Elle défend avec vigueur l’autonomisation des patients dans le contexte des soins de santé grâce à l’éducation publique. Dans ses temps libres, Rossana aime cuisiner, regarder un bon film, aller au théâtre, voyager et se détendre, un livre à la main.
rossana [dot] coriandoli [at] camh [dot] ca

RUPINDER CHERA, responsable, Échange des connaissances 
Rupi est responsable, Échange des connaissances au bureau de Kingston. Elle a participé à différents projets concernant divers groupes, dont les enfants et les adolescents ainsi que des populations autochtones. Rupi s’investit pour que les personnes marginalisées obtiennent la sécurité en matière de santé. À cette fin, elle élabore des solutions novatrices grâce à une approche multisectorielle qui allie à la recherche reposant sur des données probantes, les déterminants sociaux de la santé, l’échange des connaissances, l’établissement de politiques et la mobilisation des jeunes ainsi que la durabilité. Elle est titulaire d’un baccalauréat spécialisé en sciences avec une majeure en biologie humaine et des mineurs en sociologie et en botanique de l’Université de Toronto, d’un doctorat en médecine de la Saba University School of Medicine et elle a fait une maîtrise en santé publique à l’Université Western. Les loisirs de Rupi sont variés : cuisine, cinéma, voyage, conditionnement physique et moments en famille et avec les amis. 
rupinder [dot] chera [at] camh [dot] ca

SHANA CALIXTE, membre du comité de direction
Shana est responsable de la santé mentale et du traitement de la toxicomanie pour le réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Nord-Est. Dans le cade de ses fonctions, elle met en œuvre des stratégies à court et à long terme afin d’améliorer les services en santé mentale, le traitement de la toxicomanie et l’offre de logements dans le continuum de soins pour une population diversifiée. Elle était auparavant directrice générale de l’Initiative du Nord pour l’action sociale (NISA), une initiative de Sudbury pour les consommateurs/survivants. 
shana [dot] calixte [at] LHINS [dot] on [dot] ca

SUSAN ECKERLE CURWOOD, courtier du savoir
Susan Eckerle Curwood est courtier du savoir au pôle de ressources sur les opioïdes, au bureau de Toronto. Riche d’une expérience qui se concentre sur les déterminants sociaux de la santé, de Susan a contribué à des projets dont Chez soi, Le logement : la clé du rétablissement et Main-d’œuvre en quête d’emploi de la Commission de la santé mentale du Canada. Susan croit fermement en la justice sociale, l’équité en matière de santé et la prise en compte de l’opinion des personnes ayant une expérience de vie pertinente dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes et des politiques. Elle détient un doctorat en psychologie communautaire de l’Université Wilfrid-Laurier.
Susan [dot] EckerleCurwood [at] camh [dot] ca

TAMAR MAYER, superviseure
Tamar est superviseure au sein de l’équipe d’Échange des connaissances du PSSP. Dans le cadre de son rôle, elle pilote des projets comme le pôle de ressources sur les opioïdes et le centre de ressources en promotion de la santé de CAMH. Tamar se passionne pour la promotion de la santé, la réduction des effets nocifs et la santé mentale (y compris la sienne). Elle est engagée à créer des partenariats solides, significatifs et percutants. Tamar est titulaire d’une maîtrise ès arts en sociologie (Université York) et elle adore la compagnie de sa chienne Sasha.
Tamar [dot] Meyer [at] camh [dot] ca

WALTER CAVALIERI, membre du comité de direction
Après une longue et fructueuse carrière à titre de régisseur de plateau, de professeur d’art dramatique et de publicitaire en arts à New York et au Canada, Walter a décidé d’étudier en travail social. Il a d’abord œuvré auprès des jeunes prostitués de Toronto, puis avec les adultes des quartiers défavorisés. Il a alors élaboré à l’intention des itinérants des programmes de formation avec les pairs et de réduction des méfaits. Il a aussi fait des recherches sur la vie et les habitudes des toxicomanes dans les rues. Il a ainsi pu développer ses compétences pour mieux défendre les sans-abri. Il a également occupé pendant neuf ans un poste de thérapeute personnel à temps partiel au centre d’orientation de l’Université Ryerson et, pendant presque autant d’années, il a été agent de recherche à la division des études sociales, comportementales et épidémiologiques axées sur le V.I.H. de la faculté de médecine de l’Université de Toronto. Walter est un des cofondateurs de HIV Edmonton, du réseau canadien de la réduction des méfaits, du groupe de travail pour la réduction des méfaits de Toronto et du consortium canadien sur les politiques liées aux drogues.
walter [dot] cavalieri [at] rogers [dot] com